vous et vos TCA

mysterefreeze
Glam'confirmée
Messages : 27
Inscription : mer. déc. 24, 2008 15:43

Messagepar mysterefreeze » mer. déc. 24, 2008 16:09

Nintendoll a écrit : Mais je n'ai pas la force de guérir, et je doute qu'on puisse blâmer quelqu'un pour ça, surtout si on est passé par là soi-même.


Te détruire comme tu le fais demande beaucoup plus de force que de guérir.
Si tu as la force de te ruiner moralement, psychiquement, physiquement avec la boulimie et les vomissements et de supporter l'existence misérable que ces comportements te confèrent, tu as plus que la force de mener à terme un processus de guérison.
Avatar de l’utilisateur
ChichaGirl
Prêtresse du Glam
Messages : 2708
Inscription : mer. déc. 24, 2008 15:51
Localisation : 92 Nord, 24 ans

Messagepar ChichaGirl » jeu. déc. 25, 2008 18:31

Wouah je suis vraiment touchée par vos témoignages. Je voulais apporter le mien qui n'a pas duré longtemps grâce à l'amour.

Je ne sais pas quand ça a commencé,, au collège c'est sure. J'ai toujours été la vilaine dans la classe, la copine de tout le monde mais qu'aucun garçon veut sortir avec toi. Alors bien sure les complexes sont arrivés. Alors j'ai commencé les conneries à 2 balles : sortir avec les gars qui voulaient de moi mais le soucis c'est qu'ils étaient beaucoup plus vieux que moi. Enfin ça été un des déclencheurs parce qu'il y avait aussi pas mal de problème dans ma famille. Tout ça pour vous dire que j'ai commencé à maigrir.

Au début tu fais attention mais après tu manges plus rien. et en quelques semaines je suis devenue boulimique et anorexique en même temps : je me goinffrée pour me punir mais je revomissais tout dans la minute qui suive. Je vomissais tout ce qui passait dans ma bouche, même de l'eau. Je faisais du sport dans ma chambre tous les soirs, je m'enfermais dans ma chambre toute la journée pour dormir et le soir sport. Et bien sure je mangeais jamais avec mes parents : trop de conflits.

Bref la fin de l'histoire : j'ai rencontré l'homme de ma vie au moment où je m'y attendais le moins. Il m'a quand même aimé malgré la carapace et j'ai guerrie uniquement grâce à lui. Je lui dois ma vie car j'ai fais une tentative de suicide ratée et que quand je l'ai rencontré j'avais décidé de retenter et il m'a convaincu du contraire.

Voila ma petite histoire qui se termine bien même si j'ai regrossi, que j'ai encore des complexes mais je les vois plus du tout comme avant.
lilou1339
Glam'débutante
Messages : 11
Inscription : mar. août 19, 2008 12:41

Merci pour ces témoignages !

Messagepar lilou1339 » jeu. déc. 25, 2008 20:34

Je me sens tellement moins seule et honteuse !! Je me retrouve dans beaucoup de vos témoignages, des mots tels que culpabilité, honte, dysmorphophobie, mal être, me parle tellement...

Pour moi tout a commencé suite à un régime. Il y a 3 ans, je pesais 61kg pour 1.68m, je voulais perdre 4-5kg... Tout c'est enchainé. La dernière fois que je me suis pesé je faisais 40kg, et le pire dans tout ça c'est que je suis tellement mal dans ma peau que je me trouve plus grosse maintenant qu'au début de mon régime !!!

Mes parents sont au courant et me soutiennent, mon copain m'aime et m'encourage à reprendre du poids, je suis suivie (généraliste+psy), je suis sous anti-antidépresseurs, mais je n'arrive pas à sortir la tête de l'eau car je ne me trouve pas maigre. J'ai honte de le dire parce que j'ai peur qu'on pense que j'aime entendre "Ouah t'es mince-maigre-squelettique !!", mais non, mon miroir me renvoie une image que je ne reconnais plus.

J'aimerais tellement redevenir comme avant ! Plus de culpabilité, de jeûne, je ne craque jamais je ne fais que me restreindre, c'est affolant, je ne me reconnais pas...

J'ai peur que la personne que je suis devenue reste, c'est bête hein mais je veux m'en sortir mais je ne sais pas quoi faire de plus...
Avatar de l’utilisateur
StylishGirl
Glam'confirmée
Messages : 24
Inscription : lun. oct. 13, 2008 17:22

Messagepar StylishGirl » ven. déc. 26, 2008 1:39

Quand tu dis que tu te trouves encore grosse alors que ce n'est pas le cas objectivement, ça me rappelle ma propre histoire...
Quand j'avais perdu du poids pour atteindre mon poids de forme grâce à ma nutritionniste (j'avais 17 ans à l'époque, j'en ai aujourd'hui 24), j'étais donc devenue mince mais je me trouvais encore grosse. Enfin je me focalisais sur certaines parties de mon corps comme mes cuisses que je n'avais pas vues maigrir. J'ai donc compris plus tard que, malgré le régime, je demeurais complexée.
Puis, quand j'ai grossi à nouveau jusqu'à totaliser douze kilos il y a deux ans de cela, dans un premier temps je ne me suis pas rendue compte de ce surpoids. Je me voyais mince alors que ce n'était pas le cas. Je ne rentrais plus dans la plupart de mes pantalons mais je ne me rendais pas compte d'un tel surpoids. A la limite, je me sentais plutôt bien proportionnée, pulpeuse mais pas trop. Surtout, j'étais plus à l'aise avec mes formes féminines. Mais j'ai fini par réaliser que ça ne me ressemblait pas d'être aussi grosse. Attention, je ne souhaite pas faire l'apologie de la minceur, pas plus que glorifier le fait d'être bien en chair. Je veux seulement dire que j'avais fini par perdre de vue ma propre estime, mon propre respect de mon corps.
Lorsque j'ai revu ma nutritionniste, celle-ci m'a expliqué que j'avais du mal à mincir parce que je ne me l'autorisais pas! J'ai alors compris que pour moi, être mince signifiait plutôt devenir maigre, squelettique, la minceur devenant synonyme de mort. Après en avoir parlé avec mon psy, j'ai compris que j'assimilais la perte de poids à quelque chose de morbide (et pourtant je ne me sentais pas bien avec ces 12 kg en trop) car j'avais vu ma mère maigrir énormément car elle avait souffert d'un cancer. J'avais 18 ans lorsqu'elle est tombée malade, 21 lorsqu'elle est décédée, la peau sur les os, les jambes à peine de la taille de mes bras.
Lors de ma dépression, j'ai engrangé les kilos sans trop m'en inquiéter car pour moi, inconsciemment, cela signifiait que j'étais en bonne santé. J'ai dû approfondir le problème avec mon psy pour enfin m'autoriser à revenir à un poids "normal", pour comprendre que si je mincissais comme je le souhaitais pourtant, je n'allais pas en mourir.
Aujourd'hui il me reste encore 8 kg à perdre et cela est en bonne voie, même si c'est très long compte tenu de ma dépression.
Tout ça pour dire que ce n'est pas parce qu'on est "grosse" qu'on se trouve grosse; que ce n'est pas parce qu'on est "maigre" qu'on se trouve maigre. Tout est dans la tête, dans l'image que l'on a de soi. Je crois que pour pouvoir s'occuper correctement de son corps, il faut régler les soucis psychologiques, les complexes que l'on a. Bien sûr, si l'on est rondelette et qu'on le vit bien tant que cela n'est pas nuisible pour la santé, tant mieux. Mais je ne le vivais pas bien.
"L'avantage"- enfin je ne trouve pas de façon plus élégante de qualifier ce triste fait - d'avoir vu ma mère tant maigrir, c'est que j'ai fini par accepter d'avoir un corps de femme, avec des seins, des hanches, des fesses, chose que j'ai eu beaucoup de mal à accepter (et je crois que le processus d'acceptation est encore en cours).
Quand j'étais mince à 17-18 ans, je ne m'acceptais pas plus car je ne supportais pas le regard des hommes sur mon corps de femme... Je crois que je ne le supporte toujours pas d'ailleurs.
Avatar de l’utilisateur
ChichaGirl
Prêtresse du Glam
Messages : 2708
Inscription : mer. déc. 24, 2008 15:51
Localisation : 92 Nord, 24 ans

Messagepar ChichaGirl » ven. déc. 26, 2008 2:19

Je suis tout à fait de ton avis StylishGirl

Je me retrouve dans ce que tu dis. Aujourd'hui, je me sens beaucoup mieux qu'avant alors que je fais 70 Kg et que c'est alarmant pour moi car ça engendre des problèmes de santé que j'ai depuis la naissance mais je sais qu'un jour je les reperdrai dans de bonnes conditions.

J'ai bien sure toujours des complexes mais je ne me déteste plus ! Avant j'arretais pas de m'insulter dans ma tête et je parlais tout le temps de mon physique vu qu'à l"intérieur pour moi c'était le vide.

Maintenant je suis toujours ronde mais dans ma tête ça va beaucoup mieux.

C'est toujours du psychologique : ça l'a toujours été.
Manymany
Glam'experte
Messages : 56
Inscription : sam. sept. 13, 2008 11:39
Localisation : Lyon

Re: vous et vos TCA

Messagepar Manymany » jeu. avr. 02, 2009 19:42

Hé ben ... Tout en sachant pertinemment que beaucoup de filles souffrent de TCA, j'aurais jamais pensé lire autant d'histoires à ce sujet sur ce forum ...
Alors voilà ma petite histoire/mon pavé :Je trimballe mes problèmes d'alimentation depuis que j'ai 13 ans . Enfin, j'ai conscience qu'ils existent depuis cette époque là, mais en réalité ça remonte à bien avant . J'étais une môme plutôt chétive ( le genre pas épaisse naturellement ) jusqu'à ce que mes parents divorcent en foutant joyeusement le bordel dans ma vie quand j'avais 9 ans . Là, j'ai commencé à manger n'importe comment, plus personne n'avait le temps de me surveiller et j'ai commencé à grossir, grossir, grossir .
A 13 ans, je pesais près de 70kg pour même pas 1m55 . Et ça empirait de semaine en semaine, comme une sorte d'engrenage maléfique dont t'as parfaitement conscience mais sur lequel t'as aucun pouvoir . C'était l'époque où je pouvais m'enfiler 6 pains au chocolat sans en être écoeurée, puis après, je partais pleurer dans ma chambre .
Un jour, je me suis goinfrée à en vomir, littéralement, et c'est là que j'ai compris que je POUVAIS me faire vomir moi-même . Ca fait 6 ans, j'ai pas arrêté . Y a des hauts et des bas, dès que j'ai commencé à vomir mes repas, par exemple, j'ai commencé à maigrir,peu à peu, la routine s'installait : le matin, je vomissais mon petit dej', puis après, je vomissais mon déjeuner, je me brossais les dents 5-6 fois ( je mangeais pas à la cantine, j'étais tranquille ) puis je repartais au collège . Je me disais que ça craignait un peu, mais personne ne le savait et on parlait beaucoup moins des TCA en 2004 que maintenant .
Au lycée, les choses ont pas tellement changé, mon poids stagnait à 60-63 mais j'ai commencé à vomir du sang, quand je forçais trop ( désolée, c'est pas glamour du tout, mais en même temps, ces maladies n'ont vraiment rien de glamour ...) puis j'étais toujours faible et fatiguée et je continuais à m'en vouloir terriblement de pas savoir maigrir une bonne fois pour toute .
Puis vint la fac, parce qu'entre temps, j'ai réussi à avoir mon bac et à quitter la maison familiale . Je sais d'ailleurs toujours pas comment j'ai fait : je passais la moitié de mon temps à manger, une grosse partie à imaginer mon prochain repas, et ce qu'il restait de temps, je l'occupais à vomir, et à embobiner mon entourage sur mes réelles occupations aux toilettes . La fac, donc : Au départ, plus rien, je mangeais à ma faim, sans me soucier du reste, j'étais prise dans une sorte de tourbillon, genre " tout t'es permis, t'es enfin libre " !! Et bim, le revers : j'ai repris du poids alors que je croyais définitivement que je remonterai jamais au dessus de 60kg .
S'en est suivi une grosse déprime à cause de ça puis d'autres facteurs beaucoup plus graves et je me suis retrouvée aux urgences après avoir avalé deux tubes de somnifères .
Hop, anxio et ça repart . Sauf que là, je suis repartie en anorexie complète, un yaourt par jour et quand ma mère m'engueulait trop, va pour une pomme . A ce rythme là, je suis vite passée de 58 à 49kg et ça a duré comme ça jusqu'en novembre où je me suis retrouvée une deuxième fois aux urgences . J'étais super faible, je tenais à peine debout, je passais tout mon temps libre sous la couette à frissonner . J'avais pas le courage de faire les courses, et je trouvais ça fun parce que comme ça, je grossissais pas .
Les choses se sont peu à peu améliorées parce que des amies m'ont forcée à sortir, forcée à regarder autour de moi et j'ai repris du poil de la bête, du moins suffisamment pour affronter le monde extérieur . Mais pas assez pour retourner à la fac et pas assez pour avouer à mes parents ce que j'ai fait de ma vie .
Je continue à me faire vomir un repas sur deux, parce que c'est irrépressible mais j'ai les glandes salivaires enflées, la gorge douloureuse et je crache du sang à chaque fois . Je tombe aussi régulièrement dans les pommes, toute seule dans mon studio et bien sûr qu'un jour, ça sera plus grave et que je me relèverai pas .
Ca me terrorise mais j'arrive pas à appeler à l'aide .

Je suis VRAIMENT désolée pour la taille du pavé . Je pensais vraiment réussir à faire plus court, mais j'en ai déballé plus que ce que je comptais faire .
Tout ça pour dire que je vous comprends et vous soutiens, les filles, c'est mon lot quotidien à moi aussi .
La célébrité, c'est formidable, mais on ne peut pas se blottir contre elle, la nuit, quand on a froid .

M.M
Avatar de l’utilisateur
valentina
Déesse du Glam
Messages : 8856
Inscription : mar. août 14, 2007 6:24

Re: vous et vos TCA

Messagepar valentina » jeu. avr. 02, 2009 20:12

Manymany, pour toi pas pour ta mère ni pour personne, decide que ça doit changer car tu dois vivre et tu es au début de ta ie et tu t'abimes alors qu'il y a tellement de choses à vivre. Ca fait cucul ce que je te dis mais to témoignege me touche; J'ai été mal plsuieurs fois dans ma vie, je suis llée voir une psy mais c'était Ma solution, je ne connais pas la tienne mais essaye franchement ça vaut le coup!!!!
[b] vide dressing billy l noir, dickers, b Bui and co
http://valentinafalls.com/le-vide-dress ... valentina/
Avatar de l’utilisateur
Mikado
Prêtresse du Glam
Messages : 1909
Inscription : mar. févr. 10, 2009 8:42

Re: vous et vos TCA

Messagepar Mikado » ven. avr. 03, 2009 8:41

Ado (14-15ans) j'ai eu une période "annorexique" due a un problème familial, ça a duré 4 mois et j'ai du perdre 8kg ce qui était pas mal parce qu'à la base je n'avais pas de problème de poids. Mes copines s'inquiétaient, mes profs s'inquiétaient, mes parents s'inquiétaient..et oui je ne mangeais plus que des fruits et des légumes "nature". Enfin j'avais beau les entendre ça ne m'atteignait pas.
Mais un jour alors que je m'habillais avec un jean qui ne me tenait plus de nulle part, je me suis regardée longuement dans une glace et j'ai vu que ma peau et mes cheveux étaient tout ternes, que j'avais des cernes, que mes jambes étaient aussi maigres que des cure-dents, qu'on voyait mes os ressortir partout surtout au niveau des hanches et des clavicules...Bref que j'étais devenue vraiment très moche, et que je me mettais en danger (grande fatigue, sensation de froid permanente, regles irrégulières, déprime)...et j'ai du pleurer deux bonnes journées avant de me dire que ça ne pouvait plus durer, que j'étais plus forte que ça et que je voulais être en bonne santé et avoir un vrai joli corps. Ca été dur de me remettre à manger, mais m'a mère m'a vraiment soutenue en réintégrant progressivement tout ce qui avait manqué à mon alimentation. J'ai repris un poids normal. En fait j'ai toujours été gourmande et je luttais vraiment contre nature...quel plaisir de remanger des aliments qui redonnent le sourire ! Depuis cette période je fais attention mais je ne me prive de rien, et surtout je fais du sport qui me permet de me sentir bien dans mes baskets...

Pour t'aider Manymany je crois que tu dois traiter ce problème comme un ennemi, tu dois te battre et trouver les ressources au plus profond de toi pour t'en sortir. Tu veux vivre? Tu veux être heureuse? Tu veux avoir un corps harmonieux ? Tu veux plaire? Tu ne veux plus qu'on te juge ou regarde d'un air condescendant ? Donne t'en les moyens !!!! De la même manière que tu te donnes des règles quand tu as tes phases anorexiques ou boulimiques (quantités réduites ou vomissements systématiques...) donne toi des règles de bonne alimentation, d'alimentation sourire. Fixe toi peut être un vrai objectif, dis toi selon l'oms j'ai un imc normal entre "18,5 et 25" : et oui entre 18,5 et 20 tu es même mince ! Tu ne le vois peut être pas en te regardant à la glace (beaucoup de personnes ont d'ailleurs une perception déformée de leur corps) mais sur ce point là on peut faire confiance aux médecins. Promis et testé. Cuisine toi des choses saines et savoureuses (moi je sais que j'ai vraiment une affection pour les magasins bio, il y a plein de bonnes choses) et respecte ces regles. Manger équilibré c'est varier son alimentation, manger des féculents (légumes secs, pates completes, riz, pdt), des légumes, des viandes et des poisons, des fruis ou les laitages et limiter le gras ou le sucré sans se priver d'un petit truc sans culpabiliser. Si tu restpecte ça ton corps ne prendra jamais de kilos superflus.
Aussi : utilise ta balance le moins possible (1x par semaine suffit car l'équilibre alimentaire se fait sur 1semaine)
Si tu te conditionnes mentalement pour réussir à manger normalement, à être en bonne santé et à être heureuse tu y arriveras ! Projette-toi dans l'avenir. Fais toi violence là dessus. Deviens addict de la bonne santé!! Le plus dur est de se jetter à l'eau et de reconsidérer toutes les habitudes que tu avais. Essaie aussi un sport ou une activité qui dessine ton corps tu auras envie de te maintenir en bonne santé (natation, pilates...) Un exemple qui pourrait t'aider est peut être celui de Julie Andrieu. Cette fille est mince mais en bonne santé, elle fait attention mais ne se prive de rien. C'est même une gastronome renommée. C'est pas génial? Et bien ce n'est pas un cadeau de la nature, elle a du reconsidérer toute son alimentation pour y arriver. Elle a écrit un livre là dessus: Mes secrets pour garder la ligne... sans régime.Tu le peux aussi.
Courage !!!
Avatar de l’utilisateur
blackbutterfly
VIP de la bulle
Messages : 117
Inscription : jeu. oct. 30, 2008 22:33
Contact :

Re: vous et vos TCA

Messagepar blackbutterfly » lun. avr. 06, 2009 8:49

Manymany:

J' avais écris sur ce sujet en decembre, où je disais encore etre obsedée par la nourriture... Après une époque de privation et d' anorexie, quand j' essayais de redevenir 'normale', je tombais dans la boulimie! Du coup, j' avais l' impression que la seule solution pour moi, c' etait de ne rien manger ( parce que evidemment, qd on commence, on ne s' arrete plus). Depuis les choses vont mieux pour moi, je ne suis plus obsedée par la nourriture et j' angoisse bien moins pour l' avenir. Comment je m' en suis sortie? cela m' a pris qqes mois mais la première étape qui a declenché le processus a été celle-ci: on m' a demandé de dire pourquoi je mangeais ou ne mangeais pas... Ca parait difficile mais en cherchant un peu on trouve les raisons et c' est primordial car les tca sont avant tout des maladies psychologiques dont le comportement alimentaire n' est qu' une conséquence, et pour t' en sortir il faut que tu exorcises tes demons interieurs . Ton mental réagit pour des raisons, si tu manges parce que tu t' es sentie rejetée ou que tu as culpabilsé au divorce de tes parents le mieux serait de leur en parler ou de leur écrire une lettre pour t' apaiser.
J' espère que ce message pourras t' aider un peu...
Avatar de l’utilisateur
eonisra
Haut Fonctionnaire du Glam
Messages : 800
Inscription : jeu. juin 11, 2009 21:53
Localisation : Belgique

Re: vous et vos TCA

Messagepar eonisra » mar. juin 16, 2009 23:19

Moi et les TCA, ça a commencé vers 14 ans. Je me trouvais grosse (53 kilos pour 1m63...) et j'ai commencé à restreindre de plus en plus mon alimentation. Je ne me suis jamais fait vomir durant cette période. Mon anorexie était uniquement restrictive. J'usais de stratégies diverses et variées pour ne pas que mes proches s'aperçoivent du fait que je ne m'alimentais pratiquement plus.

Quelques mois après avoir commencé à me restreindre, j'ai lu, dans la cour de récré et avec une copine, un article (dans un magasine pour ados) qui traitait de l'aménorrhée. Or, je n'avais plus mes règles depuis plusieurs mois. J'ignorais ce qu'était l'anorexie. Je n'en avais jamais entendu parler. Et même après avoir lu cet article, je ne me sentais pas tout à fait concernée. Tout au plus, je ressentais un certain malaise.

Quelques mois plus tard, j'étais descendue en-dessous de la barre des 40 kilos. J'ai les os lourds. A 38 kilos, j'étais déjà squelettique. Il y avait un certain temps que mes parents s'alarmaient sérieusement. Ma mère me laissait des articles concernant l'anorexie sur mon oreiller, mon père s'énervait et tenter vainement de me faire avaler quelques aliments, parfois par la force. Le médecin familial menaçait de me faire hospitaliser. Or, l'hôpital, ça m'angoissait énormément. J'étais bonne élève et je ne voulais pas rater les cours de nombreux mois. De plus, je refusais de croire que j'étais malade. Finalement, ma mère m'a emmenée voir plusieurs spécialistes : endocrinologues, diététiciens, psychologue, etc. J'ai du faire plusieurs examens pour analyser l'état (mauvaise) de mon ossature et on m'a prescrit de nombreux complèments alimentaires. La pression était très forte, mais j'ai tenu tête encore pendant plusieurs semaines, et si je ne maigrissais plus, je ne prenais pas non plus le moindre gramme. Mais la vie à la maison était devenue insupportable : ma mère pleurait sans cesse, mon père devenait violent et mes soeurs étaient malheureuse. De plus, je n'avais plus aucune vie sociale. Je suis tombée en dépression et, finalement, j'ai cédé à la pression extérieure et j'ai mangé.

En l'espèce de quelques semaines, j'étais devenue boulimique. Et comme je n'avais pas pour habitude de me faire vomir, j'ai très rapidement repris du poids. Trop de poids. C'est ainsi que j'ai atteind les 68 kilos !! J'étais complètement affligée. J'avais environ 17 ans à cette époque. Aujourd'hui j'ai 22 ans et ma boulimie s'est orientée vers de l'hyperphagie. J'en souffre beaucoup mais je suis assez fière de ma progression. J'ai réussi à sortir de l'anorexie et ma boulimie a évoluée très doucement vers une hyperphagie qui, j'en ai l'espoir, va elle-même évoluer vers un rapport enfin! apaisé avec la nourriture.
Aujourd'hui je pèse 61 kilos (pour 1m63 donc) et je le vis très mal. Ces dernières années, mon poids n'a cessé de faire le yoyo, de 56 à 64 kilos environs. Je rêve de me stabiliser à 53 kilos, et surtout, de me réconcilier enfin avec mon corps.

... Désolée pour ce long blabla. Mais je crois que je n'en avais jamais vraiment parlé avant. Et ça soulage. Un peu...
En défi nutrition !
Avatar de l’utilisateur
Katouchka
Glam'débutante
Messages : 20
Inscription : mer. juin 17, 2009 19:01
Localisation : Bretagne/Var
Contact :

Re: vous et vos TCA

Messagepar Katouchka » mer. juin 17, 2009 19:38

Pareil les TCA on commencé vers 15 ans. Un jour quelqu'un a dit "t'as vu ses cuisses?!"
j'étais mince pourtant... Bref ça à mis tout un truc dans ma tête. En plus c'était l'âge où les garçon ça devient important...et puis ma meilleur amie était anorexique :(
ça m'a suivit jusqu'à mes 21 ans.
il y a eu une phase de négation totale face à la maladie. Pourtant je faisais 40 kilo pour 1M70
et puis mes parents se moquaient de moi au lieu de m'aider, voyez...
Bref, petit à petit et avec beaucoup de haut et de bas je m'en suis sortie.
Aujourd'hui je ne regarde plus ce que je mange et je me suis réconciliée avec moi.
Bises à toutes celles qui ont se problème. Vous pouvez vous en sortir.
Avatar de l’utilisateur
eonisra
Haut Fonctionnaire du Glam
Messages : 800
Inscription : jeu. juin 11, 2009 21:53
Localisation : Belgique

Re: vous et vos TCA

Messagepar eonisra » mer. juin 17, 2009 20:05

Merci pour ce témoignage Katouchka, j'espère pouvoir moi aussi venir écrire ici que je ne regarde plus ce que je mange et que je me suis réconciliée avec moi-même ! Bravo en tout cas, c'est motivant de savoir que tu as réussi à t'en sortir !
En défi nutrition !
cynthialafee
Glam'stagiaire
Messages : 8
Inscription : mer. juin 17, 2009 16:22

Re: vous et vos TCA

Messagepar cynthialafee » jeu. juin 18, 2009 12:24

bonjour,

alors moi j'ai commencé à avoir des tca à 15 ans, quand mon frère anorexique me faisait manger de force les choses qu'il préparait.
a 19 ans j'ai fait deux tentatives de suicide parce que j'en étais arrivée à vomir dans ma poubelle.

ensuite j'ai trainé ca pendant des années avec des hauts et des bas, mais tjs une obession de la balance.

en plus je ne suis tombée que sur des crétins qui me traitaient de grosse.

mais il y a trois ans , j'ai vraiment plongé (48 kgs pour 1m68), je mageais des galettes de riz avec episodes boulimiques etc...(trop dur de résumer ca hein).
quand je faisais une crise, après je m'ouvrais les bras tant je me sentais minable.

a bout de force, je suis allée voir un psy.

ca fait deux ans qu'il me suit, je ne dirai pas que c'est facile tous les jours, mais je suis guérie.
enfin.
13 ans quand meme!!!
Avatar de l’utilisateur
Katouchka
Glam'débutante
Messages : 20
Inscription : mer. juin 17, 2009 19:01
Localisation : Bretagne/Var
Contact :

Re: vous et vos TCA

Messagepar Katouchka » jeu. juin 18, 2009 13:20

effectivement c'est important de dire aux filles "on peux se sortir de ça!"
j'ai passé presque 8 ans à me dire que toute ma vie ça me hanterai et j'aurai bien aimé avoir ce genre de témoignages.

Très touchants vos histoires les filles :cry:
Bises
Avatar de l’utilisateur
KiLLY
Glam'oureuse
Messages : 402
Inscription : mer. oct. 08, 2008 16:21
Localisation : Metz (57)
Contact :

Re: vous et vos TCA

Messagepar KiLLY » mer. juin 24, 2009 4:53

je sais pas si je vais cadrer dans le topic parce que j'ai un TCA un peu différent des deux plus connus, mais au final ça donne un peu les mêmes effets.

je suis émetophobe, pour celles qui se demandent ce que c'est que ce mot de barbare, c'est la phobie de vomir.

vous allez me dire "ça a pas grand chose à voir jusque là avec les TCA" sauf que bon, vomir, ça rentre en action avec la nourriture, quand même :lol:

donc là actuellement depuis fin 2006 ça va pour moi je suis en "rémission" du stade qu'on appelle obsessionnel, mais pendant 3 ans et des brouettes j'ai vécu soudainement un véritable enfer sur terre, je suis devenue totalement obsessionnelle, je pensais qu'à ça, j'étais terrorisée H24, je m'attendais à vomir à tout instant sans raison, enfin le truc très très ridicule et con mais y'en a qui ont peur des clowns ou des oiseaux, moi j'ai choisis ça, et c'est un peu plus dur à éviter qu'un clown ou qu'un pigeon parce que ça concerne un peu notre propre corps duquel on peut pas trop se séparer :lol:

mais en bref, je crevais la dalle devant l'assiette devant moi, mais j'arrivais pas à en avaler un morceau de peur que ça ressorte direct, je m'en arrachais les cheveux, c'était l'hallu.
je m'insultais intérieurement en me disant "mais t'es complètement abrutie t'as jamais vomi parce que t'avalais une tomate c'est quoi cette connerie ?!" mais rien ne me résonnait c'était plus fort que moi.
et le soucis c'est que j'étais déjà très mince naturellement (1m66 pour 45kg de manière totalement naturelle avant de m'amuser à l'anorexique de manière indirecte) donc j'avais plutot pas intêret de continuer mon plan grève de la faim parce que si je perdais rien que quelques kg je risquais d'être rapidos dans la mierda.
bon ça va que ça me faisait pas ça à CHAQUE repas du coup j'ai pas vraiment dépérit niveau poids 2/3kg tout au plus pendant la période forte, mais du coup mon rapport à l'alimentation est un peu étrange.

je vois la nourriture que j'avale comme la potentielle arme qui peut me flinguer quoi.
enfin là en ce moment je suis au stade ou je me prends pas trop la tête avec mis à part que je reste complètement maniaque de tout ce qui est date de péremption & co, mais ça va, je mange.
mais y'a encore des fois où je me prive, genre y'a pas longtemps j'ai été dans un parc d'attraction, j'aurais pu m'enfiler des glaces et tout, mais je me suis dit "on va peut-être limiter les risques juste avant le grand 8" alors que je sais bien que ça m'aurait rien fait du tout mais bon ... bon ça fait des économies, faut voir le positif :lol:
mais je m'empêche pas mal de choses, et y'a pas vraiment de notion de plaisir, je mange parce que je dois manger, c'est tout.
enfin ça depend des périodes, quand je me sens vraiment en forme j'ai parfois des pulsions ou je vais me taper avec un véritable KIFFE un gros paquet de chips et là ouais j'apprécie. (parce que le comble c'est que je suis de nature physiquement à être toujours un peu nauséeuse parce que j'ai une tension en mousse je plafonne a 9 ou 10 et des brouettes de tension du coup quand ça plonge un peu je suis direct dans le pâté avec tout ce qui va avec, gâtée.)

enfin bref, après mes 3 ans d'enfer complet ou je galèrais avec mes tomates, ou j'avais en plus des comportements de cinglée variés à l'infini (la peur de l'épidémie de gastro qui empêche de sortir de chez soi, l'impossibilité de prendre la voiture 5min de peur d'avoir le mal des transports, le fait de se gaver pour rien de médicaments anti vomitif, le fait de plus réussir a s'endormir parce qu'on veut pas ne pas contrôler son corps et vomir dans son sommeil, le fait de frémir a la moindre personne qui dit "j'ai mal au ventre", le fait de se laver les mains 45465656 fois par jour, de plus toucher les interrupteurs et les poignets de porte chez soi quand on vit pas seul et j'en passe ... c'est ridicule.)
j'ai finalement fait une thérapie comportementale et cognitive (TCC) avec un appui médicamenteux, alors je ne sais pas trop ce qu'il s'est passé, parce que les médicaments n'ont eu aucun effet sur moi (je suis pas du tout sensible a tous ces machins là c'est pas forcément pratique) et la thérapie j'ai fait le déplacement mais j'ai jamais fait aucun exercice ni rien de ce qu'elle me demandait, mais je pense que ça m'a fait une sorte de déclic je sais pas et de là j'ai réussi a me ressaisir du jour au lendemain.
faut dire que j'étais arrivée au bout de la course, je pensais sérieusement à me foutre une balle dans la tête, j'en étais arrivée au point ou je vivais H24 dans une terreur intense et j'étais incapable de sortir de chez moi même jusqu'au bout de mon impasse, je pouvais plus RIEN faire, une vraie loque humaine.
du coup je suis passé d'un coup total à une vie normale de nouveau en me bottant le cul, et j'ai retrouvé ma vie d'avant, à savoir que je vis normalement d'apparence normale, après c'est sûr que dans le fond je reste à penser à cette connerie plusieurs fois par jour mais ça reste quelque chose qui s'évapore sur l'instant ou qui au pire me dure un peu mais me rend pas folle d'angoisse au point d'être tétanisée.
mais le soucis avec ce genre de maladie à la con c'est que je sais que demain ça peut me reprendre de me refaire de nouveau 3 ans de folie morbide, we'll see.

enfin bref, je sais que je fais un peu tâche dans le topic, mais peut-être que y'a d'autres emetophobes cachées qui voudraient en parler ou même mettre un mot sur leur mal, j'ai découvert que y'a quelques années que ça avait un nom et que j'étais pas seule, et pire encore j'ai découvert que c'était très répandu ... (donc c'est même certain que je suis pas la seule ici sur CD)
Avatar de l’utilisateur
Blanca
Glam'oureuse
Messages : 355
Inscription : lun. juin 04, 2007 8:37
Localisation : Paris

Re: vous et vos TCA

Messagepar Blanca » ven. juin 26, 2009 13:58

@ Killy: Ce que tu dis me touche beaucoup car une de mes amies est comme toi émétophobe, et les gens ne se rendent pas forcément compte qu'il s'agit d'une véritable maladie, aussi sérieuse que l'anorexie ou la boulimie. Pour elle cela a commencé à la fac, et je voyais bien qu'elle était littéralement terrorisée par la nourriture. Pour elle, hors de question d'acheter un sandwich à la boulangerie du coin ou de prendre une salade dans un bistrot.
Cela a duré pas mal de temps, jusqu'à ce qu'elle réalise que c'était un véritable problème psy.

En fait, elle avait perdu sa maman étant enfant, d'un cancer. Elle avait donc vu les effets secondaires de la chimio sur sa mère et c'est sans doute cela qui a déclenché son émétophobie à l'adolescence.
Comment ça t'est venu de ton côté?
Avatar de l’utilisateur
Phé
VIP de la bulle
Messages : 138
Inscription : sam. mai 30, 2009 11:34
Localisation : Paris

Re: vous et vos TCA

Messagepar Phé » ven. juin 26, 2009 14:24

Comme Killy, j'ai également très peur de vomir mais sa n'a jamais été jusqu'à l'obsession...

Moi mon plus gros problème, est une forme d'anorexie. En fait, je n'arrive pas à avaler les aliments comme les gens "normaux". Mais ce problème vient aussi du fait que j'ai peur de m'étouffer en avalant de travers.
C'est assez dur à vivre et c'est quelque chose que j'ai jamais réussi à surmonter. Même avec toute la volonté du monde, je ne parviens pas à manger normalement.
Quand j'avais 14 ans, là c'est devenu obsessionnel et je n'arrivais plus du tout à avaler la nourriture. J'ai beaucoup maigri et plus je maigrissais, plus mon état s'empirait. Sa a duré pendant 2 années. Et quand j'ai recommencé à manger, je mettais pas loin de 1h30 pour manger une assiette de purée et un tout petit bout de steak ridicule. Maintenant sa va mieux, heureusement, mais je suis toujours aussi lente pour manger :lol:
Un petit résumé express de ce qui m'ait arrivé et qui je pense est peu commun (enfin pour ma part je n'ai jamais eu l'occasion de rencontrer des gens qui avaient été confronté à ce même problème).
Les TCA sont vraiment nombreux et variés...
Je voudrais repeindre ma vie mais je ne trouve pas la bonne couleur.
Avatar de l’utilisateur
yellow-submarine
Prêtresse du Glam
Messages : 2493
Inscription : ven. mars 27, 2009 13:14

Re: vous et vos TCA

Messagepar yellow-submarine » sam. juin 27, 2009 1:16

Pour ma part j'ai été anorexique avec des périodes de boulimie pendant 3 ans (de 13 ans à 16 ans).

Je n'avais aucun problème à proprement parler mais je courais après mon rêve: être danseuse classique, et l'élément déclancheur ça a été mon année à l'école de danse de l'opéra de Paris à 11 ans où on nous mettait une une pression hallucinante sur nos performances mais aussi sur notre poids (pesée une fois par semaine, ...).
Je n'ai fais qu'un an parce que ma mère à décider de me re-scolariser "normalement" mais j'avais l'impression de ne pas être à la hauteur et puis mon corps changeait, je prenais des formes ce qui ne collait pas vraiment avec la silhouette que doit avoir une danseuse classique.
Petit à petit j'ai viré à l'anorexie sans m'en rendre compte et le pire dans tout ça c'est que personne ne s'en apercevait.
Mais au bout d'un certain temps je ne suivais plus rien que ce soit l'école, les cours de danse, ... Je faisais des malaises à répétition et forcément mon anorexie est devenue "vraie", ça existait aux yeux des autres.
Au bout de quelques mois j'ai commencé à voir régulièrement un psychologue ce qui m'a énormément aidé à sortir petit à petit de cette crise (si on peut appeler ça comme ça) j'essayais de faire des efforts, je me forçais à ne plus être malade, mais c'est l'effet inverse qui s'est passé je suis devenue boulimique ...
J'ai du faire un petit séjour dans un centre spécialisé pendant 2 semaine où j'ai vécu l'enfer, on été surveillées comme des voleuses et je l'ai très mal vécu, je me rappelle même m'être dit "Ce ne sont pas eux qui t'aiderons, tu dois le faire toi même ..."
Je crois que le pire pour moi ça a été de passer par des périodes où je remangeais et je me croyais guérie, à des périodes où je me retrouvais devant une assiette de pâte en ayant envie de m'enfuir en courant avec tous le monde regardant "la malade".
Ce qui est dur c'est de réapprendre à manger aussi, ça peut paraître anecdotique mais j'avais pour habitude de garder la nourriture dans mes joues pour faire croire que je mangeais et après aller tout recracher, et ça c'est une envie qui reste, même si on a conscience de se faire du mal.

Tout ça pour dire que j'ai mis 3 ans avant de pouvoir manger sereinement (avec seulement 1 année vraiment critique où j'ai du être hospitalisée une 10ène de fois) et Depuis 2 ans j'ai retrouvé l'envie de manger, j'aime cuisiner et déguster de bons petits plats, je suis à nouveau gourmande :wink: et manger n'est plus uniquement vital c'est aussi un plaisir.
Alors pour toutes celles qui affrontent un trouble alimentaire, courage :|vous pouvez y arriver.
Mon blog
Mes ventes sur le forum
Mes ventes ebay

En défi shopping / J'ai changé d'avatar :D
Avatar de l’utilisateur
KiLLY
Glam'oureuse
Messages : 402
Inscription : mer. oct. 08, 2008 16:21
Localisation : Metz (57)
Contact :

Re: vous et vos TCA

Messagepar KiLLY » sam. juin 27, 2009 19:53

me concernant, mon emetophobie a une origine parfaitement inconnue. (donc c'est pas évident de travailler dessus quand on sait pas d'où ça vient, hormis niveau comportemental)

je sais que je suis emetophobe depuis que j'ai 6 ans parce que je me souviens de mes premiers raisonnements et angoisses à cet âge là.

mais on m'a dit que ça pouvait venir de tellement tout et n'importe quoi ... il suffit d'un truc vu à la TV ou n'importe quel autre fait finalement anodin ... alors je cherche plus :lol:


Blanca tout juste, c'est vrai que c'est très courant d'avoir la peur de la nourriture "préparée main", et pire encore en période d'épidémie de gastro, je me refusais complètement à commander des pizza, manger du pain et toutes choses qui auraient pu être "contaminées" :lol:
Avatar de l’utilisateur
blackbutterfly
VIP de la bulle
Messages : 117
Inscription : jeu. oct. 30, 2008 22:33
Contact :

Re: vous et vos TCA

Messagepar blackbutterfly » mar. juin 30, 2009 19:39

kelly:
je ne sais pas si ça peut servir mais peut être que l' hypnose pourrait t' aider à te débarrasser de cette phobie..

Revenir vers « Salon de thé »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités