Le "dressage" du spectateur

Avatar de l’utilisateur
L'actrice Blonde
PDGère du glam
Messages : 629
Inscription : lun. juil. 09, 2007 10:15
Localisation : Bordeaux
Contact :

Le "dressage" du spectateur

Messagepar L'actrice Blonde » lun. déc. 08, 2008 0:08

Récemment je m'interrogeais sur la question du spectateur et des conventions qu'il est de bon ton de respecter lorsque l'on va au théâtre, au cinéma, à un concert (de musique savante s'entend) ou même à une expo, bref, dans un "haut lieu de la cuuulture".
Récapitulons: un spectateur modèle ne parle pas, éteint son portable, écoute attentivement, ne dors pas, ne bouge pas, applaudit à la fin et ne pars pas avant la fin du générique.
Je vais souvent au théâtre et au cinéma, et j'ai remarqué que les gens étaient toujours très corrects et comme il faut.
Mais j'ai deux exemples à vous proposer.
Une pièce vue l'an dernier, Purgatoire, qui usait de lumières violentes, de fumigènes désagréables, la durée de la performance était quelque peu éprouvante, bref le spectateur était complètement maltraité. Et pour la première fois, j'ai vu des gens parler, taper des sms, dormir allongés sur deux sièges, sans que cela ne gêne personne, bref, un complet "irrespect" si l'on peut dire, mais en tout cas, une non-application des conventions habituelles (on y était toutefois fortement poussé par la pièce elle-même).
Deuxième exemple, une pièce vue récemment, composée de textes de Dostoievski, Melville et Bond. Un groupe de lycéens. Tous les soirs où ils ont été présents, ils se sont montrés "désagréables", ils parlaient très fort, faisaient des commentaires à voix haute, les portables ont sonné plusieurs fois. Excédé, le metteur en scène leur a fait un bras d'honneur à la fin du spectacle et les a sévèrement réprimandés.
Mais il fut un temps où les conventions n'étaient pas les mêmes, on pouvait aller voir Shakespeare et se faire trousser dans un coin, on parlait fort, on mangeait, on buvait. Rien de comparable, et pourtant, c'était Shakespeare (par exemple).

Mes questions donc. Comment agissez-vous quand vous assistez à un spectacle? Trouvez-vous légitime ce dressage du spectateur? Ces conventions sont-elles réellement une question de respect des artistes ou simplement "parce que ça se fait"? Comment réagissez-vous lorsque vous assistez à un tel débordement de vie comme décrit dans le deuxième exemple (car il ne s'agit rien d'autre que de "vie")? Et pensez-vous qu'aller à un spectacle puisse être quelque chose de sacré qui nécessite un silence et une écoute totale ou doit-on justement désacraliser la culture?

Indexé
Avatar de l’utilisateur
Vinie
Messagère du Glam
Messages : 539
Inscription : lun. juil. 16, 2007 19:31
Localisation : Orléans **23 ans**
Contact :

Messagepar Vinie » lun. déc. 08, 2008 0:24

Pour ma part, quand je vais au cinéma je ne supporte pas ceux qui laissent leur portable allumé (et qui donc sonne...) ou encore ceux qui parlent fort.
C'est insuportable, on ne paye pas 9 euros pour voir un film et se faire emm***** par des gens impolis.

Pour le théâtre j'estime que c'est pareil.

Soit on est intéressé par ce que l'on vient voir et on regarde/ecoute, soit on reste chez soi. Puis même si ça ne nous interesse pas, on peut bien rester assis tranquille 2heures, nan?
Avatar de l’utilisateur
L'actrice Blonde
PDGère du glam
Messages : 629
Inscription : lun. juil. 09, 2007 10:15
Localisation : Bordeaux
Contact :

Messagepar L'actrice Blonde » lun. déc. 08, 2008 0:38

Je suis assez d'accord, on fait un choix en allant voir un spectacle et j'ai moi-même besoin de me concentrer et de silence quand je regarde une pièce ou un film... Ceci dit, on m'a dit "je peux écouter et parler en même temps". Et beaucoup de gens dans certains théâtres ou certains cinémas sont très intolérants quant au bruit, même si le volume est faible. Et que fait-on de ceux qui aiment ou envie de parler, d'échanger pendant un film ou de manifester leur mécontentement face à une pièce mauvaise? Les compromis sont-ils possibles entre ceux qui aiment parler et ceux qui apprécient le silence religieux (j'emploie volontairement ce mot)?
Avatar de l’utilisateur
Azalée
Grande Prêtresse du Glam
Messages : 3143
Inscription : mer. janv. 09, 2008 22:02
Localisation : anywhere out of the world

Messagepar Azalée » lun. déc. 08, 2008 0:53

Tu y vas un peu fort en parlant de dressage (même avec des guillemets) :lol:
Au cinéma ou au théâtre je suis très intolérante, du moins pendant le film à proprement parler. Si on a envie d'échanger on peut le faire chez soi, c'est assez simple de télécharger des films, ne soyons pas hypocrites. Le faire dans un lieu public c'est pour moi se montrer irrespectueux envers ses voisins, au moins. Je me rappelle très bien avoir remis à leur place deux commères d'un certain âge il y a quelques années, et je le referais sans scrupules !
Avatar de l’utilisateur
L'actrice Blonde
PDGère du glam
Messages : 629
Inscription : lun. juil. 09, 2007 10:15
Localisation : Bordeaux
Contact :

Messagepar L'actrice Blonde » lun. déc. 08, 2008 1:01

En fait, pour moi, le mot est assez juste. La bienséance veut que l'on soit silencieux. Il est indéniable que l'écoute est bien meilleure dans le silence mais si l'on s'éloigne un peu de ça, je me demandais vraiment si ce comportement était légitime et si ce n'était qu'une simple convention après avoir vu les radicaux opposés. Commentaire d'une personne à qui j'en ai parlé récemment "on va pas à la messe". Ben, c'est pas faux pour certains mais pour d'autres, c'est tout comme... Je sais par exemple, même si j'ai besoin d'écouter calmement que quand je suis vraiment concentrée, le monde n'existe plus autour de moi... et qu'on peut parler à côté, je n'entendrai pas....
Si on élargit par exemple, dans un musée, personne ne parle fort. J'ai assez tendance à me faire remarquer car justement je ne chuchote pas, c'est pas fait exprès, c'est juste que je ne comprends pas pourquoi ce silence monacal devrait être respecté à la lettre. Après, c'est sûr, c'est quand même différent, mais on peut aussi en parler.
Ceci dit, dans l'idéal, pour moi, une salle serait silencieuse et calme, on n'entendrait aucun bruit parasite pour se concentrer uniquement sur le spectacle en face (ou autour de soi), et dans le cas d'un film, évidemment, les lumières se rallumeraient à la fin du générique, pas avant. Mais je ne peux pas imposer mon comportement à tout le monde...
Avatar de l’utilisateur
Azalée
Grande Prêtresse du Glam
Messages : 3143
Inscription : mer. janv. 09, 2008 22:02
Localisation : anywhere out of the world

Messagepar Azalée » lun. déc. 08, 2008 1:06

Pourrais-tu développer la comparaison que tu fais avec la religion ? La culture serait un culte moderne ?
Avatar de l’utilisateur
mahayanna
PDGère du glam
Messages : 689
Inscription : mar. oct. 16, 2007 9:52
Localisation : paris
Contact :

Messagepar mahayanna » lun. déc. 08, 2008 1:08

Pour le cinéma, je ne supporte pas les gens qui laissent leur portable allumé, qui parlent, ou même chuchotent (ca s'entend)
Ca me semble juste être un minimum de respect pour les autres! a partir du moment ou on n'est pas tout seul dans la salle, ce sont des règles logiques.
Pour le théâtre il y a en plus la dimension de respect des artistes.
Pour avoir fait des spectacles de théâtre, je vous assure qu'être sur scène et avoir des gens qui écrivent des textos ou parlent, c'est très dérangeant.
Je pense qu'à partir du moment où l'on va voir un spectacle, ou joue le jeu, on se laisse embarquer pendant deux heures, et on lâche un peu son portable.
C'est vraiment quelque chose qui me révolte, parce que souvent, toute la salle est perturbée par les mêmes et n'ose rien dire,.
irma
Déesse du Glam
Messages : 8327
Inscription : dim. oct. 05, 2008 2:04

Messagepar irma » lun. déc. 08, 2008 4:02

Mon avis est partagé: d'un côté j'aime le scilence quand je regarde un film, dans un théâtre, dans un église superbe ou un musé.

De l'autre j'ai parfois une envie irrésistible de partager mon ressenti, mes commentaires.

Alors que choisir? :wink:
Avatar de l’utilisateur
valentina
Déesse du Glam
Messages : 8856
Inscription : mar. août 14, 2007 6:24

Messagepar valentina » lun. déc. 08, 2008 6:32

irma a écrit :Mon avis est partagé: d'un côté j'aime le scilence quand je regarde un film, dans un théâtre, dans un église superbe ou un musé.

De l'autre j'ai parfois une envie irrésistible de partager mon ressenti, mes commentaires.

Alors que choisir? :wink:


Le respect du voisin non ? Car devant sa TV chez soi pas de probleme mais une salle e tière qui partage son ressenti ça devient vite insupportable. De toutes façons, on ressent, le "ressenti" de la salle et c'est ce qui est fabuleux au spectacle ou au ciné il y a une foule de gens qui regardent au même moment quelque chose donc quand il rient ça se ressent par exemple
[b] vide dressing billy l noir, dickers, b Bui and co
http://valentinafalls.com/le-vide-dress ... valentina/
Avatar de l’utilisateur
L'actrice Blonde
PDGère du glam
Messages : 629
Inscription : lun. juil. 09, 2007 10:15
Localisation : Bordeaux
Contact :

Messagepar L'actrice Blonde » lun. déc. 08, 2008 18:51

Ou tu peux chuchoter de temps à autre... je crois que bon, ça n'a jamais fait de mal à personne, je le fais parfois, c'est pas bien grave. ;)
Après pour les artistes, je comprends tout à fait cette dimension-là de silence nécessaire, (j'en ai fait de longues années) mais que faire du théâtre de rue? Les gens ne sont pas toujours attentifs, il y a du bruit, des perturbations, c'est une perpétuelle mise en danger... comment font-ils? Après je ne connais pas ce théâtre-là justement alors si quelqu'un peut compléter...
@Julie: quand je parle de religion, je trouve qu'autour de la culture, il y a une sorte de sacralisation assez forte. On parle beaucoup de culture noble, les belles lettres, il faut les respecter, ne pas les profaner. C'est quelque chose d'intouchable. Quand on va dans certains cinés ou certains théâtres, le silence se doit d'être respecté, on se croirait à la messe, pour peu que des metteurs en scène en fasse leur parti. Les pratiques de spectateur ressemblent fortement à celle des croyants qui se rendent à la messe. Tout est très solennel. Excepté la communion, je sais pas si beaucoup de gens vont au théâtre pour être transcendés, être révélés à eux-même ou au monde. C'est plutôt du divertissement (ce qui n'a rien de bas, au contraire).
Artaud et Grotowski, théoriciens du théâtre au XXe siècle (Artaud, début de siècle et Grotowski années 60) parlaient de théâtre sacré, où le public entre en communion, où l'acteur monte au bûcher et produit un acte d'auto-sacrifice et de dépouillement total. La dimension sacrée ici m'intéresse profondément car elle est complètement hors de toutes conventions et bonne morale. Elle est nécessaire pour sortir de soi et percevoir autre chose, vivre vraiment le théâtre et pas juste y aller pour enrichir sa culture de salon (mais ça, je crois que Nina en avait parlé ailleurs). Je trouve que ça vaut aussi pour le cinéma ou la musique. Cette dimension sacrée me plaît et oui, un silence est nécessaire tant pour l'acteur que pour le spectateur je pense afin que tout soit en totale osmose. Mais peut-être ne faut-il pas être si intransigeant avec les manifestations de vie. Ca m'arrive parfois, ça nous arrive tous.
En revanche, je suis absolument pour réhabiliter une forme de communion littérale au théâtre. Manger, boire, je trouve ça fabuleux quand c'est proposé. On perçoit une autre dimension du théâtre. Pour certaines pièces, c'est pas recommandé mais pour d'autres, oui, pourquoi pas. Je me rappelle qu'en Allemagne, à Hambourg, dans le petit théâtre où j'avais été qui proposait des pièces policières à la Agatha Christie, on pouvait boire et manger ses bretzels. Une autre pièce de Brecht, vue l'an dernier, la troupe avait fait passer un plateau de fromage. Dans ce dernier cas, on sentait réellement quelque chose de l'ordre d'un partage, d'une communion justement plus forte qu'à l'accoutumée...
@valentina: c'est vrai que sentir l'osmose dans une salle entre public et spectacle, c'est assez unique je dois dire... pour peu qu'on aime partager son ressenti. Je connais des gens que ça gène...
Bref, je ne sais pas si je suis bien claire... Autrement, je pense aussi que du moment où l'on n'est pas seul quelque part, on se doit d'être quand même attentif aux autres et ne pas les déranger. On n'est pas tous seuls, c'est assez égoïste dans l'état actuel des choses de se sentir complètement tout permis.
Avatar de l’utilisateur
Arthénice
Prêtresse du Glam
Messages : 2207
Inscription : ven. janv. 18, 2008 15:50
Localisation : Presque Parisienne...

Messagepar Arthénice » mar. déc. 09, 2008 10:58

Je dois être très vieux jeu, mais pour moi, un spectacle quel qu'il soit, et le confort des autres spectateurs, ça se respecte. Je suis un peu maniaque avec les petits bruits, c'est un fait. Et donc je déteste avoir à supporter les gens qui mâchent bouche ouverte, smsent ou tapent la discute pendant un spectacle. Ca me gâche complètement l'écoute et le plaisir. J'imagine de plus, comme le dit Mahayanna, comme ça doit être agréable pour les comédiens !

Je n'ose même pas imaginer l'horreur que serait pour moi un opéra où le plus bel air est gâché par deux voisins qui discutent.... c'est un moment précieux, c'est comme téléphoner en faisant l'amour, c'est juste pas possible pour moi ! et si on trouve le spectacle nul, on s'en va tout simplement, ok pour éreinter la pièce ou le film, mais par pitié, on fait ça dehors !

Sauf si la pièce prévoit la participation du public, ce qui est autre chose et doit être voulu par le metteur en scène (et non imposé par le public) et ça peut être très sympathique d'ailleurs.

PS : à l'époque de Shakespeare que cite une glamourette, où même à celle de Molière, le comédien et le théâtre en général ne sont pas considérés comme aujourd'hui. Un comédien était à l'époque un métier d'amuseur peu respectable (aujourd'hui il est bien considéré, comme un artiste) et le théâtre était vu comme un lieu de divertissement et non de culture...
"La sagesse est plus vulnérable que la beauté; car la sagesse est un art impur."(Malraux)
Voyez mon joli sac Longchamp à 1 euro sur Ebay !
Avatar de l’utilisateur
L'actrice Blonde
PDGère du glam
Messages : 629
Inscription : lun. juil. 09, 2007 10:15
Localisation : Bordeaux
Contact :

Messagepar L'actrice Blonde » mar. déc. 09, 2008 12:44

Ah merci Nina! Tu mets des mots sur ce que je n'arrive pas à dire. Et merci pour l'intervention sur l'art de rue, c'est quelque chose que je ne connais pas bien.
Quand j'étais à Londres, tout le monde applaudissait en plein milieu du spectacle, sifflait, riait très fort... C'est fou comme les pratiques culturelles sont différentes en France... En Allemagne aussi, ça m'a l'air moins policé. C'est nous le problème ou quoi? IL faut signaler que peu de gens en France ont l'habitude de voir des jeunes aller au théâtre, ce qui ne semble pas être le cas à Londres par exemple... Donc forcément, qui dit jeune, dit respect des conventions très limité... (bouh, vilaine caricature) Raaah le jeune ne sait plus se tenir ma bonne dame, autrefois on était bien élevé.... :lol:
P.S.: si une comédie est un amusement, alors pourquoi se prendre la tête et rester de marbre, dire "chut" à chaque petit bruit, on est là pour rire, alors rions, et rions fort. Ceci dit, en tant que comédienne, je n'ai jamais connu de moments où le public est très perturbé, donc je ne connais pas le niveau de difficulté du jeu à ces moments-là...
Avatar de l’utilisateur
L'actrice Blonde
PDGère du glam
Messages : 629
Inscription : lun. juil. 09, 2007 10:15
Localisation : Bordeaux
Contact :

Messagepar L'actrice Blonde » mar. déc. 09, 2008 17:30

Je suis bien d'accord... ceci dit, je crois que certains acteurs, si leur performance l'exige, ont besoin de silence, d'une écoute tranquille et de calme dans la salle, afin de se concentrer au mieux et de livrer ce qu'ils ont à faire passer au mieux... donc il faut peut-être nuancer l'une et l'autre position. Personnellement, j'ai parfois besoin de calme pour me concentrer et vivre la pièce qui se joue mais parfois j'ai envie de rire aux éclats, de ne pas me retenir... Tout dépend du spectacle, certains prêtent plus que d'autre à une forme de solennité. Il faut trouver le juste milieu, il est parfaitement possible d'écouter même quand des gens chuchotent légèrement, il suffit de s'en donner les moyens et de faire l'effort (que certes, l'on n'a pas l'habitude de faire puisque tout nous est donné). Et aux autres qui aiment parler et s'exprimer de le faire avec attention.
Quant à celles où le spectateur s'exclut volontairement, finalement, pourquoi pas, s'il se rend compte que la pièce est un ratage total, que ça ne lui plaît pas. Les manifestations de mécontentement peuvent-elle être prohibées? C'est du théâtre, c'est vivant, si l'on a peur des gens mécontents, il faut faire du cinéma comme tu disais justement Nina.
Mais je suis entièrement d'accord que l'acteur doit s'adresser au public, il ne doit pas l'exclure comme on peut parfois le voir dans certaines formes de recherche expérimentale ou autre, et faire un spectacle entre-soi.
Quant à ceux qui chantonnent pendant un opéra, je me souviens qu'au cinéma, c'était une comédie musicale, j'ai rarement vu autant d'entrain, autant de gens chanter. Doucement certes, mais on sentait l'émulation. Et c'était assez génial. Pour le même film passé à Londres, mon frère qui l'avait vu là-bas me disait que les gens dansaient carrément, que tout était plus vivant et moins retenu (chose étrange pourtant! Mais le théâtre, maintenant le cinéma, sont des habitudes culturelles assez ancrées j'ai l'impression et ils ne le vivent pas de la même façon. Les Anglais dans ce domaine ne sont pas à l'origine des gens très conventionnels).
La question que je me posais vraiment portait sur ces conventions. Est-ce que ces comportements sont légitimes et sont-ce seulement des conventions ou encore autre chose? Est-ce vraiment une question de respect?
Avatar de l’utilisateur
L'actrice Blonde
PDGère du glam
Messages : 629
Inscription : lun. juil. 09, 2007 10:15
Localisation : Bordeaux
Contact :

Messagepar L'actrice Blonde » mar. déc. 09, 2008 17:36

Nina a écrit :Pourrait-on imaginer aujourd'hui un adolescent comme Pierre Louÿs rentrant chez lui après avoir vu Sarah Bernhardt disant "oh je tremble, je frissonne, Sarah je t'aime!"

Je ne sais pas si je suis blasée mais... j'ai pas souvent vu des prestations aussi fulgurantes... après je ne vais souvent au théâtre que depuis peu et je n'ai pas vu grand chose de transcendant. Quoique si... ça me l'avait fait ado quand j'avais vu Fanny Ardant jouer Sarah Bernhardt justement... j'allais au théâtre à Paris pour la 1e fois et pour la 1e fois, je voyais cette grande actrice sur scène. Je devrais peut-être aller à l'opéra, j'ai besoin en ce moment d'art qui me remue. J'ai pas encore trouvé...
Et juste pour finir le HS: où trouves-tu toutes ces informations sur Sarah Bernhardt? Une bio particulière? Je suis en plein dedans en ce moment et je cherche à compléter ma bibliographie...
Teslacetssontdesfées
VIP de la bulle
Messages : 189
Inscription : mer. juil. 25, 2007 18:20

Messagepar Teslacetssontdesfées » mar. déc. 09, 2008 18:30

:!:
Dernière édition par Teslacetssontdesfées le mar. déc. 16, 2008 17:54, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
lunairia
Papesse du Glam
Messages : 5878
Inscription : ven. juin 29, 2007 8:25
Localisation : paris

Messagepar lunairia » mar. déc. 09, 2008 19:23

Je suis aussi très bien dressée 8)
Avatar de l’utilisateur
Arthénice
Prêtresse du Glam
Messages : 2207
Inscription : ven. janv. 18, 2008 15:50
Localisation : Presque Parisienne...

Messagepar Arthénice » mar. déc. 09, 2008 19:49

Votre histoire de chantonner me rappelle ma belle-mère qui ne peut s'empêcher de fredonner quand nous écoutons un opéra ensemble (mon beau-père en enregistre souvent) je trouve que ça gâche tout !

Ensuite, je pense qu'il faut faire un distinguo entre plusieurs attitudes du public :
- le public est invité par le metteur en scène et les comédiens à participer à la pièce, ça fait 70's staïle mais ça peut être très sympa.
- le public s'enthousiasme pour une interprétation et le manifeste en cours de spectacle, pourquoi pas à condition de ne pas gêner l'artiste (je dis peut-être des bêtises, mais être coupé(e) au milieu d'un air ou d'une tirade, même par une salve d'applaudissements, ça doit être déstabilisant (et diminuer aussi la qualité de la "prestation" aussi).
- le public entend vivre sa vie pendant le spectacle en discutant, mangeant, commentant : je maintiens ma position et trouve ça très irrespectueux des artistes comme des autres spectateurs. Et ça fait très "relativisme culturel" : le contenu du bavardage avec mon voisin vaut bien le texte de Shakespeare, non ? et ça, ça me hérisse !
"La sagesse est plus vulnérable que la beauté; car la sagesse est un art impur."(Malraux)
Voyez mon joli sac Longchamp à 1 euro sur Ebay !
Avatar de l’utilisateur
lagrandetige
Glam'oureuse
Messages : 412
Inscription : mar. juin 05, 2007 8:57

Messagepar lagrandetige » mar. déc. 09, 2008 20:05

bah, la représentation théâtrale, cinématographique, c'est du social. Donc on respecte les codes sociaux en vigueur au moment de la représentation.

Je serais une fille du XVIIème (siècle), je hurlerais peut-être (la bouche pleine) en faisant coucou si je reconnaissais une copine de l'autre côté de la salle, au beau milieu d'une tragédie.

Mais je suis une fille du XXIème siècle alors j'obéis à des codes (j'éteins mon portalble, je me tais, et ça m'énerve d'entendre des gens qui respectent pas ces codes).

En revanche, tout excès est nuisible (mon côté honnête homme 8) ) : j'ai halluciné de voir les vigiles rappeler à l'ordre continuellement (silence, respect) dans la chapelle Sixtine. C'était ridicule, ce culte, ce faux culte (de l'art ?). Jamais vu ça, ni dans des lieux religieux, des VRAIS, ni dans des lieux artistiques.
Avatar de l’utilisateur
L'actrice Blonde
PDGère du glam
Messages : 629
Inscription : lun. juil. 09, 2007 10:15
Localisation : Bordeaux
Contact :

Messagepar L'actrice Blonde » mer. déc. 10, 2008 0:42

lagrandetige, tu as raison, on n'est plus au XVIIe siècle et on ne va pas se mettre à vivre comme dans ce temps-là. Seulement, je plussoie Nina, pourquoi est-on si strict? Evidemment, je me permettrai pas de faire n'importe quoi dans la salle hein, c'est pas sympa, et puis je suis pas là pour discutailler, mais je trouve qu'il n'y a aucune convivialité au théâtre. C'est très guindé. On n'est peut-être pas là pour ça non plus, mais tout de même... C'est aussi pour ça que je n'aime pas les grandes salles. Surtout quand je suis placée au fond avec mes places pas chères...
Une question... est-ce typiquement français? Avez-vous des expériences de théâtre à l'étranger? J'ai donné mes exemples mais ce serait peut-être intéressant si on en avait d'autres...

Revenir vers « Cinéma, littérature, télévision, musique, art et culture »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité