Le phénomène de la it pièce

9 0

Les fashionistas communiquent elles par télépathie ? Au départ une fashionista qui n'avait rien demandé. A l'arrivée une femme brisée. Au moins.

  • Sommaire

Chaque saison c'est la même chanson, à peine rentrées de la plage, on a presque encore du sable entre les doigts de pieds que l'on nous chante les louanges d'une pièce indispensable dans notre garde robe de l'hiver. Cette année je ne veux pas savoir.

Toute bronzée et pétillante, l'oeil encore brillant plein d'images de mer et de soleil la fashionista que je suis snobe son magazine féminin favori et refuse d'ouvrir le moindre blog. A quoi bon, il est si sain de vivre de bronzage et d'eau fraîche, qui a besoin de fringues franchement ?

Quelques jours plus tard, le bronzage s'affadissant, je daigne ouvrir mon ELLE, mais rien ne me tente. Toute cette laine. Toutes ces couches, non vraiment comment se projeter ? Sauf peut être en mini robe Missoni beige doré assortie à ce qu'il me reste de bronzage mais sans le maxi gilet qui l'accompagne ni le dernier zéro du prix.
brebis de la mode
La semaine suivante sur mon chemin pour aller boire un verre avec une copine je tombe sur une boutique Sandro. J'entre pour humer l'ambiance. Très chanelisante. Des vestes bi colores, du tweed, ça fait toc. Mais là sur un portant sur trouve une superbe marinière. Une marinière originale car elle a des épaulettes comme la Balmain, mais aussi et surtout un ravissant bijou décore chaque épaule. Une merveille. Elle sera mienne plus tard, là j'ai chaud, je manque de budget et je suis en retard.

Quinze jours plus tard le temps se gâte et le salaire tombe. Il fait frais. La fashionista en moi ne sait pas quoi mettre. Je pense à ma marinière Sandro qui serait idéale avec ce temps qui ne permet pas encore le pull mais nécessite des mesures automnales sérieuses.
Prête à me fâcher avec Truchon et à renoncer à toute autre forme de nourriture que des pâtes au beurre pour le mois à venir, (b)je file chez Sandro. Plus de marinière.

Comment ça plus de marinière ?? A ce prix là ?? Déjà mais on n'est même pas encore en septembre ?? Une liste d'attente ?? Mais on n'est pas chez Hermes faut pas pousser, des Sandro il y en a plein.

L'autre Sandro : non plus.

L'autre Sandro : non plus.

L'autre Sandro : non plus.

L'autre Sandro : non plus.

Il faut se rendre à l'évidence la marnière Sandro est vraiment sold out. Non seulement elle ne sera pas mienne mais en plus il faudra la croiser sur le dos de la moitié de Paris pour bien me rappeler que j'ai raté mon graal de l'automne.

C'est là que je fais une recherche sur le net pour voir si la marinière est trouvable et que vois je : TOUTE la blogosphère s'en est entichée. Certaines l'ont achetée, d'd'autres pas, d'autres en rêvent, d'autres plus créatives s'en sont customisé une.

Mais alors il va falloir que l'on m'explique un truc : De juin à fin août je n'ai pas lu un magazine féminin, pas mis les pieds dans une boutique, pas ouvert une site ou blog mode à part le mien, j'ai fait une cure de non fashionisme et résultat je craque pour la même pièce que toutes les blogueuses.

Ils ont mis des phéromones étranges dans leur marinière chez Sandro ou quoi ? Sandro a-t-il le secret du nombre d'or ?

Est ce que quelqu'un peut m'expliquer comment une pièce peut faire une telle unanimité ?

L'inconscient collectif des fashionistas ? Une immense dose de communication téléphtique inconsciente ?

D'où vient ce moutonisme ? Qui souffle à l'oreille des brebis le nom des it pièces ?

 
brebis de la mode
Publié par Caroline Back de Surany, le 8 septembre 2009, 11:04 ( Contacter)
   
 

FACEBOOK

TWITTER

TUMBLR