DILEK HANIF: ISTANBUL FASHION DELIGHTS

Aimablement convié à découvrir le travail de la créatrice de couture turque Dilek Hanif, direction Istanbul pour un périple de 24H00 chrono, qui fut pour le moins mémorable.

  • Sommaire
DILEK HANIF

C'est une constante, chez la majorité des journalistes Parisiens- les Milanais, Londoniens et autre New Yorkais souffrent en général du même syndrome: lorsqu’on est invité à découvrir la mode d’un créateur sis un pays fashioniquement émergeant, on part toujours avec ce petit a priori (cette petite condescendance ?), qui nous fait penser que ce qu’on va voir, ça peut être sympathique, mais ce ne sera de toutes façons pas de la Mode, au sens majuscule du terme.
Du coup, quand on me propose de rencontrer une créatrice turque chez elle, je me dis qu’au pays de la sous-traitance mass market, à quelques encablures du bling moyen-oriental en sus, on risque l’AVC mode.
C’est un peu dans cette ambiance, que je m’en suis allé voir Dilek Hanif, couturière Stambouliote qui défile à Paris.
24 heures donc pour juger in vivo des collections de cette créatrice, mais également son contexte de travail et de vie.
Première rencontre dans son showroom, installé dans un immeuble plutôt aride, un brin communiste dans l’architecture: pas rassurant outre mesure.
Accueilli par la CEO de la marque, sorte de power woman chic au bagoût indéniable, nous sommes attendus aux salons couture, pour y rencontrer Dilek, femme d’influence considérée par les tabloïds locaux comme l’une des dix “most powerfull women in Turkey”.

SHOWROOM COUTURE


La porte s’ouvre, premier coup d’oeil furtif pour jauger l’ambiance esthétique globale: en lieu et place du clinquant cristalo-gold redouté, une immense salle aux tons grège, magnifiquement agencée, des parois aux monochromes neutres subtilement habillés, ça et là, de papier peint bicolore, pour un mood très Ralph Lauren. Le mobilier, élégant, mixe et match intelligemment lignes distinguées et objets inspirés de la culture musulmane et orientale. Bref, du tout bon.
Dilek Hanif, maintenant. Confortablement posée sur son fauteuil, l’attitude humble, un brin timide, cette belle femme à l’allure italo-américaine inspire le respect autant que la confiance.
Cinq minutes à peine et la discussion bat déjà son plein. Mais trêve de balivernes, pénétrons le vif du sujet.
Quid de son travail?

DILEK DRESS


Eh bien, pas grand déchet figurez-vous, que du beau même: c’est de la couture, donc inutile de pister la petite robe façon Carven pour aller bosser ou cruiser sur le Faubourg, non. Des pièces cocktail ou Red Carpet parfaitement montées incrustées de cristaux et sequins certes, mais d’une sobriété ahurissante, dans une palette jouant des beige, blanc, noir, des ton sur ton au luxe discret.
Les inspirations? Si Dilek admet clairement vouer un respect sans mesure au travail de Valentino, on retrouve également des influences plus historiques, puisées dans l’âge d’or de la couture, celui des années 20 et 30, de Jeanne Lanvin ou Paul Poiret.
Une jolie surprise, donc, d’autant qu’en devisant, Dilek nous raconte le genèse de sa griffe. Une belle histoire pour cette fille d’industriels du textile, qui plutôt de la jouer « fille de... » et exiger de papa et maman qu’ils lui filent beaucoup de sous pour un caprice de mode, décide de lancer, en 1990, sa collection, “Dilek Hanif Line”, en empruntant à la banque quelques deniers.
Piano mais sano, elle fabrique des robes sur mesure pour une clientèle exigeante et autochtone.

DILEK AT WORK


Alors certes, sa filiation n’est pas là pour desservir, mais c’est à force de conviction, et de talent, que son nom circule dans les travées du tout Istanbul. Elle s’impose peu à peu comme l’icône nationale de la couture et, forte de ce succès et de sa foi en sa vision, elle tente l’aventure à Paris, sein des saints de la couture mondiale; où elle défile, depuis 2004.
Aujourd’hui reconnue comme LA créatrice de la couture Turque, elle inaugure sa première collection de PAP. Une ligne glam chic qui fait la part belle aux matières et aux coupes sobres. Robes cocktail ou tailleurs working girl, robes chasuble très Twiggy et manteaux New Look, les collections, plutôt fleuve, sont bien pensées et clairement commerciales.

SHOWROOM PAP DILEK HANIF


Ce qui laisse à penser qu’entre le succès de sa couture et le potentiel de son prêt à porter, le nom de Dilek Hanif risque de sortir très vite de la création turque pour s’imposer à l’international.
Et pour en avoir le cœur net, rendez-vous à son défilé, qui se tiendra à Paris, le 24 janvier prochain.

Voila pour la mode. La ville maintenant. Et si la rencontre avec Dilek fut une sublime surprise, que dire d’Istanbul City, sorte de miracle paradoxal où, dans ce pont orient et occident, traditions séculaires et ultra modernité, calme contemplatif de la journée et folie dionysiaque de la nuit, boutiques branchées et “marchands de tapis”, un sentiment d’énergie débordante évoque le London cosmopolite des 90’s.

ISTANBUL


So rendez-vous avec Dilek Hanif (resplendissante dans son habit traditionnel) et son team au Vogue, un resto au nom inquiétant dans un immeuble non moins inquiétant situé au dernier étage d’une tour rappelant Berlin Est époque Stasi. Ce resto-bar est en fait une tuerie: pas pour sa bouffe - de la bonne fusion food, sans plus- mais surtout pour le panorama spectaculaire de sa terrasse. Une vue effarante sur le Bosphore, qui, de nuit, prend des airs de Hudson River version démultipliée.
Taxi vers Taksim Square ensuite, le quartier branché, pour se perdre dans un dédale de ruelles bondées, évoquant le Barrio Alto lisboète. La faune fashion, trendy bohème et pas overlookée, se presse dans les bars et les clubs, boit des coups dans la rue, chante et danse sans excès, communie dans une folie interlope très latine.
Clou du spectacle, le 11-11, la boîte edgy du coin, véritable délire architectural, qui n’est pas sans rappeler les élucubrations futuristico-déglinguées d’un Gareth Pugh.
Du coup, après une courte nuit de sommeil et un Hammam de choc pour décompresser, back to Paris avec une seule idée en tête, rameuter amis, femme et enfants pour une prochaine session dans cette ville en fusion.
Bref, tout ça pour dire - c’est du moins un humble avis - qu’au même titre que Dilek Hanif mérite sa place dans la paysage mode international, la Turquie ne volerait pas la sienne en intégrant la grande Europe.

 
Publié par Karim Zehouane, le 12 décembre 2011, 14:52 ( Contacter)
   
 

FACEBOOK

INSTAGRAM

Instagram

TWITTER

TUMBLR

SOUNDCLOUD

Caroline Daily Paris Mixtape #1 by NOCHE
 
Hood By Air Printemps Été 2017
 
Koché SS17
 
Ignacia Zordan Presentation SS17 Fashion Week Paris
 
Best of Alena Nosik
 
Ten best shots of photographer Marlen Keller
 
PAIN O Chokolat Fête de La Musique 2016
 
CORE.PAN
 
Schoolboy Q ft Kanye West - THat Part
 
SMS - Chant de Bataille
 
Rich The Kid featuring Lil Yachty - Fresh Off The Boat
 
L'étiquette lookbook A/W16
 
Helin Şahin: 'i do visuals and chill'
 
Darkdron Special
 
Ikea Made Fashion
 
Quentin Saunier Megamix
 
A woman who can do both
 
Brutalist and Minimalistic Modern Architecture Around The World
 
Anny Wang Megamix
 
3D aesthetics Megamix
 
Sergey Lomakin Megamix
 
MUSIC VIDEO ALERT : Yamborghini High by A$AP Mob featuring Juicy J
 
Nike Presto Ultra Flyknit x Bureau Cécile Togni
 
Sergey Rogov Megamix II
 
Sergey Rogov Megamix
 
Afterhomework AW16/17 Lookbook
 
Balthus
 
Quentin Saunier Megamix II
 
Bobby Kolade AW17
 
Odivi FW16 and Odivi x NobodyListen SS16 with Rachel Jugg
 
Y Project ss16
 
Neith Nyer ss16
 
Julien David ss16
 
Jacquemus ss16
 
Hood By Air aftershow at Le Pompon
 
Hotel Solomiya
 
LES BENJAMİNS PARTY at SILENCIO 1/2
 
LES BENJAMİNS PARTY at SILENCIO 2/2
 
KLAR SS17 Lookbook
 
The Woman in Red
 
Cottweiler AW16 Collection Presentation
 
Fashion Arena
 
Issey Miyake’s  SS 16 Backstage
 
Gosha Rubchinskiy SS16
 
Chilling Pool
 
Pigalle SS16 Show
 
Pigalle after show party
 
GOGO Philip Ain't Nuthin' but a "G" Thang
 
Julius SS16 Show
 
Boris Bidjan Saberi SS16
 
HBA men SS16 in Paris
 
22/4 SS16 Show
 
Travis Scott for Les Benjamins
 
Y PROJECT SS16
 
Gosha Rubchinskiy after show party.
 
Exploring Daniel Foltynek
 
Wanderlust shutdown for ONO BDAY BASH w/ Travi$ Scott hosted by Casabey
 
Pigalle Duperré
 
CDP summer break party at Le Pompon
 
Carmen on fire for the EJDER + A² PFW PARTY by ONO
 
Julien david ss16 Show in Paris
 
DON’T CALL ME BABY
 
Art Paris Art Fair with Lucillia
 
Palais de Tokyo with Lucillia
 
Sasha Wearing Paris
 
Lord Odyseum Party by Rivieras
 
Microsoft LUMIA Simulation Test
 
Paris New York by Kenzo
 
LANCEL POP launch party at Palais de Tokyo
 
VETEMENTS FW 16 Show
 
Jean's Customization Tutorial in 3 Steps with Levi's Jeans
 
ONO Above w/ Manaré
 
Kanye West - ALL DAY at Louis Vuitton Foundation
 
Eckhaus Latta Presentation with Novembre Magazine
 
VETEMENTS after show party
 
Faith Connexion Dinner by Bureau Cécile Togni
 
Tom Greyhound IST Anniversary by Bureau Cécile Togni
 
Véronique Leroy Winter 2016 with Cécile Togni
 
CICCIOLINA #9
 
CICCIOLINA #9 Part II
 
Kenzo Winter 16 Backstage and Around the Show
 
Kenzo Winter 16 Show
 
Stafanie Biggel Winter 15 Presentation
 
Y/Project Winter 15 Presentation
 
Faubourg Amour _5
 
Mother Magazine party at Silencio
 
London In Paris
 
Cédric Charlier fw15 show with Cécile Togni
 
Etam After Show Party at Molitor [part 2]
 
Etam After Show Party at Molitor [part 1]
 
H&M FW15/16 Show With Cécile Togni
 
Jeremy Scott for Adidas Perfume
 
Introducing Young Friends Wearing Paris
 
Nehera FW 2015-16
 
Brodinski Brava Brava Launch Party at Yoyo
 
Faubourg Amour _3
 
Faubourg Amour _2
 
CAROLINE DAILY Fashion Week Party w/ Montaigne Street, Bureau Haiati and Hunger Magazine
 
Faubourg Amour _1
 
Christian Dada x Candy fake Tokyo after Show Party at Silencio